Gilles Gobeil, René Lussier
Le contrat

empreintes DIGITALes | IMED 0372 | CD

Durée: 66m27s | UPC: 771028037223

Distributeurs:

  • Métamkine (FR)
  • Squidco (US)

Sortie:

1 jan 2004

Prix grossiste:

10,00 CAD

Classer sous:

concrète / électroacoustique

  • Le contrat est une fresque magnifique inspirée du Faust de Goethe et de ses infinies ramifications culturelles.
  • Cette œuvre exceptionnelle, réalisée sur une période de 7 ans, est tout-à-fait comparable, de par sa qualité et son ambition narrative, aux grands cycles électroacoustiques de Bayle et Parmegiani.
  • René Lussier est, depuis les années 1970, une des figures dominantes de la musique innovatrice québécoise. On le connaît entre autres pour ses enregistrements avec Fred Frith, Eugene Chadbourne, Jean Derome ou Martin Tétreault.
  • Gilles Gobeil est un compositeur majeur de l’«École de Montréal». Son style cinématique a de quoi séduire même les non-initiés. Il est récipiendaire de nombreux prix internationaux (Bourges, Luigi-Russolo, Ars Electronica…)
  • Ce disque paraît chez l’étiquette montréalaise empreintes DIGITALes. Fondé en 1990, cet éditeur phonographique est considéré de par le monde comme le plus important en électroacoustique / acousmatique.

Une œuvre élaborée sur une période de 7 ans. Ici se rencontrent les deux grands mondes de l’électro de Gobeil et de l’actuelle de Lussier.

———

D’abord, il faut vous dire que nous sommes liés par l’amitié: il y a 28 ans, nous collaborions fiévreusement à la création de nos premières ‘œuvres’. Bien que nous ayons par la suite emprunté des avenues diverses, nous avons régulièrement fait appel l’un à l’autre et notre désir de faire de la musique ensemble est resté intact.

Nous étions donc enthousiastes quand on nous a commandé une œuvre conjointe et c’est le cœur léger que nous avons accepté d’encaisser, pour ce faire, un premier versement du Conseil des arts du Canada.

Notre projet? Composer une œuvre inspirée du Faust de Goethe et la construire en observant la structure même du poème. Méchant contrat! Un coup d’œil à nos agendas aurait dû suffire à nous ramener sur terre, mais nous étions déjà pris dans l’engrenage. Nous avons mis quelques années à comprendre que le projet exigerait beaucoup plus de temps que prévu et quelques autres à admettre que nous n’en viendrions jamais à bout! D’abord, parce que nous sommes deux incorrigibles maniaques et que nous n’avons cessé de nous prendre (allègrement) les pieds dans toutes les fleurs de tapis offertes par ce chef-d’œuvre; ensuite, parce que la vie s’est mise de la partie, nous ballottant sur ses crêtes et dans ses creux, apportant chaque année un nouveau lot d’imprévus. Goethe ayant mis plus de 30 ans à écrire son Faust, devions-nous à notre tour vendre nos âmes pour honorer les termes de notre «Contrat»?

Nous avons préféré suivre un échéancier plus réaliste (c’est-à-dire insupportablement lent) et ce rythme d’escargot nous a permis sept années durant de continuer à honorer notre obligation commune. En chemin cependant, le projet s’est considérablement modifié. Plusieurs chapîtres ont été mis de côté, d’autres ont été fusionnés. Nous avons pris des libertés de toutes sortes et même puisé à d’autres sources car l’histoire de Faust a inspiré bien des auteurs avant nous et nous ne pouvions résister à l’envie de leur faire quelques clins d’œil. La chronologie du poème original n’a pas davantage été respectée: au bout du compte, c’est la matière musicale qui a décidé de l’enchaînement des tableaux.

En cours de route, nous avons présenté trois versions inachevées: à Montréal en novembre 1999 au Théâtre La Chapelle dans le cadre du concert «Plein la vue» produit par Réseaux, à Paris en mars 2000 à la Salle Olivier Messiaen de la Maison de Radio France lors d’un concert produit par le Groupe de recherches musicales (Ina-GRM) et en mai de la même année au Festival international de musique actuelle de Victoriaville (FIMAV).

Nous aurions pu consacrer encore quelques milliers d’heures à ce projet, car, avouons-le, nous avons pris goût à cette lenteur, mais toute bonne chose a une fin: en voici la dernière mouture.

— Gilles Gobeil et René Lussier

Contact

Commandes: ventes [à] electrocd [point] com
Média: Maxime Corbeil-Perron, promotion [à] electrocd [point] com
Média Europe: Dense Promotion, dense [à] dense [point] de

www.electrocd.com
empreintes DIGITALes
4580, avenue de Lorimier
Montréal (Québec) H2H 2B5 Canada
+1/514-526-4096 ext 1
ventes [à] electrocd [point] com

Page cat@imed_0372 générée à Montréal par litk 0.600 le mercredi 4 janvier 2017. Conception et mise à jour: DIM.

Vous utilisez Internet Explorer? Pourquoi souffrir inutilement? Téléchargez Firefox.